Quand soudain tout bascule…

Jeudi c’était mon anniversaire. J’ai passé une super journée et soirée. Mes amies m’ont fait une jolie surprise. Je les aime de tout mon cœur et les remercie d’avoir fait de cette journée un joli souvenir.

Je me suis couchée tard cette nuit là. Je me suis levée tôt le lendemain.

J’ai eu un contrôle dès la première heure. Je l’ai royalement raté. Dès le contrôle terminé je me suis dépêchée d’aller voir des amis dans leur fac. J’ai traversée la ville pour aller dans leur campus. Je les ai finalement vu 2 minutes mais j’ai tenue la promesse de passer les voir pour mon anniversaire. Je suis retournée en cours, puis je suis enfin rentrée chez moi. Il est 14h et j’avais fini ma journée de cours. A peine rentrée chez moi je me suis jetée dans mon lit. Et j’ai dormi. J’ai dormi deux heures. En me réveillant il était 17h. Mon portable affichait des appels manqués de ma mère. Je lui avais promis de rentrer tôt. J’ai fini par prendre le train vers 18h. Je suis rentrée chez moi une heure plus tard.

Ce fût une journée des plus banales. Rien d’extraordinaire. Rien de bien intéressant.

Quand soudain tout bascule.

Il est à peu près 22h, un peu plus, un peu moins, et je suis dans mon lit en train de regarder une série quand ma sœur arrive dans ma chambre. J’enlève mes écouteurs et la regarde. “Y’a eu des attentats à Paris.” Je ne comprends pas. “Là tout de suite. Y’a des attentats. Y’en a pleins, dans différents endroits.” Je ne comprends toujours pas. Comment ça ? Des attentats ? Là tout de suite ? Je ne réalise pas l’ampleur. Je vais sur les réseaux sociaux, regarde la télé et là le choc. J’ai envie de pleurer. Cela me prend les tripes et me brise le cœur. Je suis sous le choc, je n’arrive pas à y croire. Encore des attaques violentes et cruelles. J’ai l’impression d’être quelques mois en arrière. Mais en pire. Je ne pensais pas qu’on pouvait faire pire… J’entends aux infos le nombres de victimes augmenter. J’ai l’impression que cela ne s’arrêtera pas. Je prie pour que ça s’arrête. J’ai envie de pleurer et je ressens de la peine pour les familles et proches des victimes. Je me sens vulnérable. J’ai peur. Je pense à mes amies sur Paris et ma famille. Je pense à mon amie qui a décidé de passer un weekend en amoureux dans la Capitale. Mon cœur bat à tout rompre. Je m’inquiète. Mes amies m’ont vites données des nouvelles et m’ont rassurées. J’ai pu souffler mais mon inquiétude ne s’est pas totalement estompée pour autant.

Je ne veux pas qu’à mon tour je perde quelqu’un dans ces événements. Je ne veux pas que quiconque perde quelqu’un.

Juste avant de sombrer dans le sommeil j’ai réalisé à quel point tout peux vite basculer. Mon père m’a toujours dit : “Un accident est vite arrivé.”. Il a raison. Tout peux si vite changer sans qu’on s’y attende. J’ai passé une journée plus que banale. Je pensais rentrer chez mes parents de façon banale et passer une soirée banale. Mais ça s’est passé différemment. D’une manière que je n’aurais jamais pu imaginer. Jamais.

« I see humans, but no humanity. »

Prenez soin de vos proches, et dîtes leur que vous les aimez avant qu’il ne soit trop tard.

With love, Sophie. ♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s